Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 21:23

Ma Doué 3

 

Note de spartacus

La technique étant ce qu'elle est, on a été obligé d'abandonner le récit Ma Doué 2 avant la fin. Allez savoir pourquoi! Parce que quand c'est plein, il n' y a plus de place c'est tout. Donc, on continue.

******

Nous en étions restés à Saint-Tugen où nos anciens reposeraient donc désormais.

C'est un endroit magique, que personne ne peut ignorer. Autrefois, on l'a déjà dit, on y célébrait des pardons très fréquentés. On y venait de partout, et pour l'anecdote, sachez plusieurs choses:

- que cette chapelle fut estimée à la révolution, exactement le 19 germinal an III, par un personnage déjà cité: Joseph Guezno, notaire et frère du conventionnel Mathieu qui repose à Audierne

- que de nombreux écrits parlent de Saint-Tugen. Citons Daniel Bernard, L'Abbé Velly, le chanoine Pérennès et Hyacinthe le Carguet, sans oublier les publications des érudits locaux réunis au sein du comité de sauvegarde du patrimoine à Primelin

- Qu'il existe un trésor qui a une histoire remontant à 1793: un calice subtilisé par une femme du Cap, à la barbe des soldats chargés de diriger vers la fonderie les objets de culte récupérés à la chapelle

- que des pélerins de Plouhinec se sont noyés autrefois dans le port d'Audierne en revenant du pardon. A l'époque, il n'existait pas de pont entre Audierne et Plouhinec ( le 17 juin 1725-52 noyés)

- Que Marguerite d'Angoulême, soeur de François Ier, serait venue prier à Saint-Tugen pour demander la libération de son frère prisonnier de Charles Quint . Un texte traitant de ce sujet se trouverait à la bibliothèque nationale

- sans oublier la clé de Saint-Tugen destinée à protéger de la rage

Nos anciens étaient donc sous bonne garde:

et on allait pouvoir les laisser en paix, à condition de regarder l'épilogue.

Epilogue

 

 

Il avait neigé la veille sur le Cap, une fois n'est pas coutume, mais c'était Noël. Gwenaël émergeait de son sommeil. Il s'était couché plus tard que d'habitude, après avoir trouvé ses cadeaux au pied du sapin, et s'être arrêté devant la crêche de Noël car, pour être sûrs de ne pas se tromper, ses parents faisaient les deux.

Il sauta de son lit, et courut, pieds nus vers la chambre de ses parents en hurlant:

-Maman, je veux aller à Saint-Tugen voir Tante Gaïd et Tonton Lom

- Calme toi disait sa mère. Qu'est-ce que tu racontes ?

- A Saint-Tugen maman. Ils sont morts tous les deux.

- Allons, allons !! Nous irons cet après-midi si tu es sage, mais je crois bien que tu as rêvé un peu non ? Regarde comme c'est beau chez nous. En effet, la maison située sur la côte nord, bénéficiait d'une vue exceptionnelle, loin de ce qui n'a pas de nom, à Audierne et Esquibien . Regardez:

depuis Bremeur jusqu'à Brezellec

en passant par Louedec

 

Le soleil se levait à l'est, vers Douarnenez. On distinguait très bien la presqu'île de Crozon où se détachait Pentreiz (bonjour Pentreiz) , Telgruc, et Morgat avec le Cap de la Chèvre. plus loin ''les Tas de Pois'', la pointe Saint Mathieu et l'entrée du goulet de Brest, et dans la petite brume l'île de Molène . Par très beau temps, on apercevait l'île d'Ouessant, et la nuit, on voyait les phares. C'était magique!

Gwenaël se retourna vers sa mère et lui dit:

- Quand je serai grand, c'est ici que j'habiterai !!

 

Fin

(sous réserve d'ajout de photos)

On a tout de même oublié de vous dire que depuis cette histoire, et selon des information parues dans la presse locale des cours de breton sont donnés au foyer-logement de Pont-Croix. Curieusement, le personnel a accepté de jouer le jeu, de manière à pouvoir mieux dialoguer avec les anciens qui, sans le savoir sont devenus des pédagogues. Si d'aventure, il leur arrivait de lire cette histoire dont ils ont parfois été les acteurs involontaires, qu'ils veuillent bien accepter les remerciements de :

Spartacus,

l'esclave romain qui fut crucifié parce qu'il s'était révolté

********

 

 

 

Ma Doué 3

l

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanjane
commenter cet article

commentaires