Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 09:01
Audierne.Cap-Sizun.Elections régionales 2015.Editorial 8/2015

Nouvel article à consulter sur le blog konchennou

http://konchennou.over-blog.com

Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 09:15

Nouvel article à consulter sur le blog konchennou

http://konchennou.over-blog.com

Repost 0
Published by jeanjane
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 08:56
Patrimoine et Mât Fenoux d'Audierne

Nouvel article concernant le Mât Fenoux d'Audierne à consulter sur le blog konchennou:

http://konchennou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by jeanjane - dans Patrimoine
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 09:57

Audierne.Cap-Sizun.Editorial 5/2015

 

Ce nouvel article est consultable sur le blog konchennou dont voici les coordonnées:

 

http://konchennou.over-blog.com

 

 

Audierne.Cap-Sizun.Editorial 5/2015
Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 09:50
Audierne.Pont-Croix.Cap-Sizun.Editorial 4/2015

Audierne.Pont-Croix.Cap-Sizun.Editorial 4/2015

 

Ce nouvel article est à consulter sur le blog konchennou accessible par le lien ci-dessous:

 

http://konchennou.over-blog.com

 

Audierne.Pont-Croix.Cap-Sizun.Editorial 4/2015
Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 17:41

Audierne-Cap-Sizun-La leçon de géographie

 

 PIC_0187.jpg
 

******

 

Références: Télégramme de Brest en date du 19 avril 2015

Titre: Bretagne à 5. Les géographes lancent le débat

Présentation: Les géographes ont choisi de s'exprimer au travers d'un livre.

Leur combat ? La régionalisation

 

******

 

Au sujet de la régionalisation qui a limité la Bretagne à 4 départements, nous avons déjà écrit qu'il s'agissait d'une erreur monumentale pour plusieurs raisons dont plus particulièrement l'histoire et la géographie. On peut à ce sujet relire l'article récent ici publié qui s'intitule "Editorial 3/2015".

Les historiens ne sont pas manifestés, disons pour l'instant. Mais les géographes ont décidé de s'en mêler en publiant un livre de 160 pages illustrées, publié aux éditions "Skol Vreizh", maison d'édition qu'il ne parait pas utile de présenter étant donné sa notoriété. Titre de l'ouvrage:

Réunifier la Bretagne ? Régions contre métropoles ??

Nous n'avons bien entendu pas lu ce livre que nous commanderons dès demain, ce qui nous permettra d'exprimer un avis après lecture. Nous nous limiterons donc pour l'instant à l'emprunt de quelques phrases publiées dans l'article de presse cité en référence:

"pour une réforme de cette ampleur, on consulte son peuple. Quand près de 70% des habitants de la Bretagne historique revendiquent cette réunification et qu'on ne l'écoute pas,

C'est un déni de démocratie.....

Alternative aux discours historiques....

Réunifier la Bretagne....

Régrettent que les géographes n'aient pas été consultés sur le sujet.  Cette réforme c'est du bricolage......Elle révèle l'incompétence de ceux qui l'ont élaboré. Nous allons droit dans le mur.....

Outre un déni de justice engendré par la réforme territoriale, les géographes dénoncent aussi le phénomène de métropolisation.....

Pouvoir dans les grandes villes au détriment de leurs territoires environnants ....

Outre une fracture sociale entre privilégiés et laissés-pour-compte, ce phénomène participe à l'éclatement des territoires.....

La situation telle qu'elle est ne pourra pas durer. Nous allons continuer  à nous battre pour la Bretagne et pour un projet commun"

******

La lecture de l'intégralité de l'article est vivement recommandée pour situer ces extraits dans leur contexte. Nous noterons cependant 2 choses avant d'avoir lu le livre

Réunifier la Bretagne.

1- Les dernières élections départementales ont donné la majorité aux sortants. Le Finistère est donc un département classé à gauche, tout comme le gouvernement qui a réalisé la Bretagne à 4 départements. Implicitement, les électeurs finistériens qui se sont exprimés lors de ce scrutin  ont donc approuvé la réforme territoriale.

2- Les élus en général, et plus particulièrement les élus locaux sont resté très discrets sur ce sujet. Certaines communes ont organisé des référendums. Ce n'est pas le cas en Cap-Sizun qui semble toujours vouloir rester au niveau des communes et paroisses confondues ce qui est totalement dépassé à notre époque. Pas d'initiatives locales susceptibles de faire "tâche d'huile" et servir d'exemple.

Mais, nous aurons l'occasion d'en reparler.

****** 

 

     

 

 

   

Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 16:00

Audierne.Douarnenez. Elections départementales.Résultats

   

Le rideau est donc tombé. Les électeurs ont désigné les nouvelles équipes qui seront appelées à oeuvrer dans le nouveau système départemental. Les résultats sont ce  qu'ils sont et  la démocratie devra  s'en accommoder. 

La droite française compte désormais 65 départements dont 26 qui ont "basculé" de gauche à droite. La gauche n'en compte plus que 31 dont le Finistère qui lui a conservé sa fidélité. Nous n'allons pas reproduire ici tous les commentaires, mais nous en retenons un qui nous a paru significatif car peu flatteur:

"Nous avons perdu par bêtise politique".

Cette appréciation qui est celle de Monsieur Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, a été prononcée sur "France Info", relayée par "Le Figaro" ce jour à 10 heures 56. Nous avons déjà souligné la sévérite de ce jugement. Ajoutons tout de même que s'il y a une

"bêtise politique",

 il doit y avoir aussi une

"intelligence du même nom"

que l'on peut attribuer à ceux qui auraient "bien voté" d'après cette appréciation, ce qui serait le cas du Finistère puisqu'il est resté à gauche. Attendons la suite pour voir et vérifier ce jugement.

Quant à l'abstention elle serait de 50,02 %, ce qui paraît dramatiqque. La moitié des électeurs ne se déplace plus pour aller voter ce qui compromet les pronostics et relativise les résultats.

Alors le Cap-Sizun dans tout cela ?? Pas de front national au second tour.

Le conseiller général sortant Monsieur Guillon, maire d'Esquibien et sa colistière Madame Poitevin sont les nouveaux conseillers départementaux du nouveau canton de Douarnenez. (55,14% contre 44,86 au couple  Kerloch-Crom)

Les nouveaux élus "capistes et douarnenistes" vont donc devoir et pouvoir  se mettre au travail. Notons tout de même qu'ils font partie de la minorité départementale puisqu'ils appartiennent à "L'Alliance pour le Finistère", donc à l'opposition dans la nouvelle assemblée ce qui ne va sans doute pas leur faciliter la tâche pour faire avancer les dossiers. La campagne qui vient de s'achever a permis d'aborder certains sujets particulièrement sensibles comme l'avenir de l'hôpital de Douarnenez ou le désenclavement du Cap-Sizun. Il y a en a d'autres comme les nouveaux projets de "La Poste" ou la vétusté de certains EHPAD comme la résidence de la Fontaine à Pont-Croix dont la construction remonte à 40 ans. Cet établissement fait l'objet d'un projet d'aménagement mais pas d'un calendrier de travaux. Un dossier qui dort !! Alors ????

Qui va le réveiller ????

Quoi qu'il en soit, il faudra bien tirer les enseignements de ces résultats pour essayer de les comprendre. On risque fort de reparler du bilan de Madame Donval, conseillère générale de gauche (non rélue) dans le canton de Pont-Croix durant 6 années, bilan inexistant comme chacun le sait et cependant récompensé par la plus haute décoration nationale: la légion d'honneur . 

 

     

 

Comme quoi ce sont toujours les électeurs qui ont le dernier mot et nous en reparlerons puisque de nouvelles élections sont planifiées pour la fin de l'année 2015. 

 

******

 

     

 

 

******

Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 10:27

        Audierne. Pont-Croix. Cap-Sizun.

Elections départementales. Editorial 3/2015

Références:

Télégramme de Brest en date du:

a)- 7-3-2015: Titre Abattoir de Pont-Croix. L'ultimatum de B.Le Port

Hôpital de Douarnenez."C'est pas plié"

b)- 12-3-2015: 800 maisons à l'abandon dans le Cap-Sizun

c)- 14-3-2015. Cap-Sizun.Désenclavement.Des paroles aux actes

d)-15-3-2015: Millefeuille ou kouignuits

 

 

***** 

Les élections départementales des 22 et 29 mars 2015 auraient dû être un moment important de notre histoire locale, alors que tout porte à croire que c'est l'abstention qui va triompher. A l'heure où nous écrivons ces lignes, (avant le premier tour), un taux d'abstention égal ou supérieur à 60% ne serait pas utopique si l'on en croit certains sondages. Il n'est pas rare d'entendre ici ou là des propos révélateurs  d'un certain fatalisme, du genre:

"C'est toujours pareil parce que rien ne change".

 

Millefeuille ou kouignuts ? ([cf référence d)]


C'est certain, pour convaincre l'électorat de voter à ces départementales, il va falloir être le plus clair possible. Cette semaine, les candidats ont pu mesurer parfois l'impopularité de cette élection. Pendant que les politiques s'écharpent "nous on est là comme des c...." a-t-on entendu du côté de Paimpol (22). "On n'y comprend rien à ce millefeuille politique" ont également reçu des candidats quimpérois en campagne........

 

Oye !!! Mes pov' Jeanne-Yvonne et Soaz, qu'est ce que voulez-vous aussi s'pas !! Gast, Gastou, Milhast, Guharn !!!!

Les choses vont pas trop bien

avecque nous alors quoi, s'pas !!

  Avant d'analyser des résultats qui seront peut-être partiellement connus lors de la mise en ligne du présent article, (après le premier tour), essayons de comprendre pourquoi le public se désintéresse à ce point d'un scrutin local. (De type nouveau d'ailleurs, donc inconnu). 

Plusieurs sujets de mécontentement existent et peuvent aider à comprendre localement ce "Ras le Bol" des électeurs qui ont parfois l'impression que leur bulletin de vote ne sert à rien. Prenons l'exemple de la Bretagne à 4 départements au lieu de 5. Ce résultat est contraire au sens de l'histoire et bien entendu contraire à la géographie qui fait de l'estuaire de la Loire la limite naturelle du Massif Armoricain et de la partie occidentale de l'hexagone. On s'en fout parce que la loi s'en fout en privilégiant des intérêts particuliers, voire des carrières personnelles. Tous les éditorialistes l'ont écrit. La loi dit que la Bretagne se compose de 4 départements , point final !!! Que va faire l'électeur mécontent de cette situation s'il choisit de s'exprimer dans l'isoloir ?? Lui seul connait la réponse mais on peut l'imaginer. (Hélas, nous ne connaîtrons jamais le point de vue de la duchesse Anne de Bretagne dont le château se trouve au premier plan sur les quais de  Nantes).  

    Mais on peut aussi  imaginer le bulletin de vote de ceux qui attendent désespérémént le désenclavement du Cap-Sizun et ne voient rien venir. Or le Cap-Sizun est une presqu'île bordée au nord , au sud et à l'ouest par la mer. Une liaison routière Quimper-Pointe du Raz digne de ce nom est indispensable en urgence. [(cf référence c)]Actuellement et sans tenir compte des aléas de la route il faut compter  une heure pour effectuer ce trajet , alors que les Parisiens sont à 3 heures de  Marseille par liaison TGV. Donc, 2 poids et 2 mesures qui pourraient expliquer le résultat des urnes. En effet, la distance Paris-Marseille  est de 774 kilomètre par voie routière, alors que Quimper est à 50 kilomètres de la Pointe du Raz. Le Cap-Sizun est abandonné et condamné à mourir si rien ne bouge. Comment sauver par exemple  les 800 maisons abandonnées dans notre belle région  [(cf:référence c)]. Jusqu'à présent les responsables locaux de gauche n'ont pas obtenu des meilleurs résultats que leurs homologues de droite. C'est l'immobilisme. Il n'y aura donc pas lieu de s'étonner du verdict des urnes. Après avoir connu le pouvoir de droite qui n'a rien fait pour le Cap mis à part décorer certains maires (de droite: Coatmeur, Le Pape), après avoir connu le pouvoir de gauche qui n'a pas fait mieux à part décorer d'autres maires de son bord (Donval), rien d'étonnant à voir les électeurs se tourner vers des solutions de rechange même extrêmes. Le Cap-Sizun est condamné à végéter si rien ne bouge, alors que nous sommes au pays de l'histoire récente (centrale de Plogoff ) qui a révélé le tempérament capiste.

Un simple exemple : l'abattoir de Pont-Croix [cf: référence a)] qui a enregistré un déficit global de 150000 € en 2014. On comprend l'ultimatum du Président de la communauté de communes qui se  donne 3 mois de sursis avant de procéder à la fermeture fin juin 2015 si rien ne se passe. Et on ne voit pas bien ce qui pourrait se passer pour changer la donne et inverser les résultats. Nous pouvons donc considérer que l'abattoir de Pont-Croix aura bientôt vécu, tout comme d'ailleurs l'hôpital de Douarnenez. Les interventions chirurgicales se dérouleront désormais à Quimper sauf si ...Alors que l'hôpital de Cornouaille est saturé dans ses plateaux techniques. (Cas concret: Un blessé par accident admis à Quimper le 21 janvier 2015 à 23 heures 45, transporté par les pompiers, n'a été opéré que le 23 janvier matin soit  après 36 heures d'attente pour un fémur. Faut-il être plus précis ??).  Quant au stationnement aux abords de l'hôpital de Quimper, également saturation. Alors ??

Et plus localement, où en est notre environnement hérité des municipalités Coatmeur et Donval ??     

           

 

 

pic_0044.jpg

 

PHTO0004.jpg  

    pic_0894.jpg 

Si les paysages représentés ci-dessus ne trouvent pas de solution localement , on devrait se rappeler que le gouvernement dispose  tout de même d'un ministère de l'environnement auquel on peut toujours s'adresser, poser un problème et demander de l'aide, surtout lorsque le  ou les problèmes créent une incompatibilité avec la  vocation touristique naturelle des lieux, en l'occurrence le Cap-Sizun et son grand site national. Qu'ont fait à ce sujet les "Coatmeur" de droite et les "Donval" de gauche ?? Rien à notre connaissance, autrement dit ils n'ont servi à rien et ont été cependant décorés. Alors ??  Pas étonnant que ceux qui prétendent leur succéder ne réussissent qu'à créer de l'indifférence et de la contestation chez les électeurs, surtout s'ils ont été membres des équipes précitées . Donc, les images ci-dessus.....CQFD non ?? De ce point de vue le bilan des sortants pourrait avoir de l'influence si...Quel bilan ?? Si bilan il y a, le candidat sortant , Monsieur Guillon ne manquera pas de le présenter. pour en bénéficier le cas échéant Sinon.....????? Les électeurs en tireront les conclusions !! 

D'autres scrutins suivront, et même en fin d'année (régionales). Si d'aventure l'abstention devait être supérieure à la participation, ce ne serait que la confirmation de la dégringolade, donc de la disparition du  civisme et des valeurs fondamentales de la démocratie et de l'état républicain , ce qui n'est sans doute pas souhaitable. Mais le sentiment d'abandon peut se traduire par toutes sorte d'excès et plus particulièrement dans les urnes, protégées par le secret de l'isoloir. A méditer pour essayer de comprendre la situation et trouver les solutions  !! C'est comme en médecine; il faut d'abord faire le diagnostic et ensuite prescrire le médicament pour s'acheminer vers la convalescence, étape incontournable précédent la guérison.

******

Nous publions le présent article après avoir pris connaissance des résultats du premier tour. Suite dans une semaine, après le 2ème tour.

Les résultats du premier tour viennent donc d'être publiés et les choses ne se sont pas passées conformément aux prévisions. Décidémment la lecture"dans le marc de café" devient difficile. Ainsi les grandes marées n'ont été que des marées ordinaires. L'éclipse de soleil a été masquée par des nuages et la droite arrive en tête au premier tour des départementales. Le front national se trouve en 3ème position derrière le PS et l'abstention a été moins importante que prévu. Il convient donc d'attendre les résultats du second tour pour tenter d'analyser la situation nouvelle créée par ce type de scrutin inédit qui a donné la première place à l'équipe Guillon au premier tour dans le canton de Douarnenez. Le deuxième tour devrait selon toute vraisemblance se traduire par un duel droite-gauche.  Résultats dimanche 29 mars 2015 

 

 

 

******

pic_0998.jpg

 

******

Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 09:33

      Audierne.Pont-Croix.Cap-Sizun.Editorial 2/2015   

 


     

 

Références:

Télégramme de Brest en date du:

22-1-2015: Entreprises du Cap. Des combats à mener

1-2-2015: ID/CAP.Des idées pour le Cap-Sizun

9-2-2015: Votation de Langouët  et Soudan...participation

12-2-2015: Départementales.Le FN présent dans tous les cantons finistériens

13-2-2015: Audierne, conseil municipal

17-2-2015:Départementales. Candidatures closes, avec les Verts

18-2-2015: Séminaire de Pont-Croix.De grands projets

21-2-15: Départementales. Le duo Poitevin-Guillon lance sa campagne

23-2-2015: Communes.Fusion dans le Mené

 

§§§§§

Politique de défense

19-1-2015: Fragile moment de grâce (Vu par Christine Clerc)

3-2-2015: P. Adam "Il faut réviser les moyens de la Défense"

4-2-2015: Nice. 3 militaires agressés devant un site juif

5-2-2015: Service civique. Les jeunes en veulent

 

*****

 

 

Les élections départementales auront lieu les 22 et 29 mars prochains, soit dans moins d'un mois. Pour autant cela ne semble pas préoccuper l'opinion publique et on peut se demander si les  électeurs vont se sentir concernés, autrement dit si les abstentionnistes ne seront pas majoritaires. De nombreuses raisons, dont la Bretagne à 4 départements au lieu de 5, pourraient expliquer cette situation, sans oublier le fait qu'il s'agit d'un scrutin de type nouveau, impliquant la disparition de nombreux cantons, dont celui de Pont-Croix malgré son nom  emblématique. Pont-Croix fut en effet  célèbre pour ses foires et  son petit séminaire par exemple, ce qui correspond à une tranche d'histoire de notre Cap-Sizun. Le canton de Pont-Croix fusionne désormais avec celui de Douarnenez, ce qui se traduit par des candidatures de personnes pratiquement inconnues localement, avec les conséquences que l'on peut imaginer. C'est aussi vrai pour Douarnenez que pour le Cap. Mais, la loi étant la loi, il faut s'en accommoder, à moins de choisir "d'aller à la pêche" comme nous l'avons dit précédemment. Les candidats sont plutôt discrets pour l'instant et la campagne n'est pas encore très  active. Notons tout de même que Monsieur Guillon a annoncé qu'il voulait:

" soutenir l'économie, seul moyen de faire baisser le chômage qui ici , comme dans toute la France, bat des records".

(Cf: Télégramme du 21-2-2015)

Beau programme peut -être plus  "généraliste"  que "réaliste". Simple question: Comment faire concrètement ??

Nous n'en dirons donc pas plus sauf que les conseillers généraux sortants vont devoir présenter leur bilan, s'il existe bien entendu. C'est le cas du conseiller général  sortant du Cap-Sizun, Monsieur Guillon par ailleurs maire d'Esquibien et vice-président de la communauté de communes du Cap. Nous attendrons donc pour donner notre opinion sur ce sujet.

Nous n'avons pas parlé de Pont-Croix depuis un certain temps. Les dernières  élections municipales  ont confié la commune à une équipe nouvelle qui a choisi d'aborder un problème crucial: l'avenir de l'ex petit Séminaire Saint Vincent.

 

Coll-giale-Sud-3.jpg

FH000023.jpg

 

Il est évident que cet ensemble dispose d'un potentiel exceptionnel qui aurait dû être regardé de plus près et depuis longtemps par la communauté de communes du Cap-Sizun. Si on compare le potentiel de Pont-Croix  (808 hectares) à celui d'Audierne (294 hectares) force est de constater que Pont-Croix situé à 6 kilomètres de sa voisine   dispose de moyens supérieurs (tout au moins en surfaces). Pour autant la situation de cet ancien petit séminaire n'est pas simple puisqu'il s'agit d'une propriété privée . Pour réaliser quelque chose, non seulement il faudra que tout le monde soit d'accord, mais le problème essentiel reste bien entendu les financements. Actuellement on envisage une académie de musique  et un centre scientifique. Quant à la chapelle accolée au séminaire, elle pourrait devenir une maison des religions, ce  qui aurait l'avantage de respecter la dimension sacrée des lieux. Saluons le courage de la nouvelle municipalité de Pont-Croix qui, au lieu d'ignorer un problème, l'aborde à "bras le corps". Nous lui souhaitons bon courage et espérons que tout cela finira par se concrétiser.

Comme on peut le constater en consultant les articles cités en référence, la "marmite intellectuelle" du Cap-Sizun est en ébullition. Chacun cherche des solutions:

Désenclavement du Cap et rapidement par exemple en créant des zones de dépassement sur l'axe Audierne-Plozevet-Quimper, sinon on va crever, lance Bruno Le Port (Télégramme du 22-1-2015)

Mettre en place une desserte de type minibus allant de Poulgoazec à Sainte Edwett, prenant la forme d'un petit train touristique  en période estivale

(Télégramme du 1-2-2015) 

Toutes les idées méritent une réflexion puisqu'elles ont au moins le mérite d'exister. Disons tout de même que, si notre mémoire est bonne, un essai de "navette" entre le centre ville d'Audierne et la plage a été tenté par une municipalité et abandonné par manque de succès. Quant au désenclavement, il faudrait peut-être évoquer

"l'Arlésienne"

et prier dans toutes les religions pour respecter toutes les consciences. Nous avons déjà dit à plusieurs reprises que le désenclavement du Cap doit se faire par Pont-Croix plutôt que par Plozévet en raison des zones construites sur plusieurs kilomètres  entre Plouhinec et Esquibien via Audierne. Ces zones ne peuvent être aménagées sauf si on exproprie et détruit des maisons  ce qui parait peu probable et même impossible.

La parole est aux candidats des élections départementales. 

Parlons d'Audierne.

Le compte rendu du dernier conseil municipal a été publié dans le Télégramme de Brest le 13-2-2015, auquel on peut se référer. Nous ne retiendrons qu'une seule chose: le réaménagement de la mairie. Il s'avère que ce bâtiment construit en 1970 n'est plus aux normes (ascenseur, rampe d'accès, sanitaires etc...). Il faut donc envisager des travaux, donc une dépense estimée à  134580 euros par l'architecte Neil Lawrie. Cette mise aux normes étant prioritaire, on peut se demander ce qui va rester dans les finances locales pour compléter l'aménagement de la salle multifonctions. Nous avons déjà dit antérieurement qu'il s'agissait de plusieurs milliers d'euros non budgétisés par la municipalité Donval qui a élaboré le projet de salle multifonctions et l'a laissé à ses successeurs "en l'état". Où trouver les financements nécessaires ?? Encore l'héritage donc, tout comme le mât Fenoux et le reste. Merci l'héritage !! Quoi qu'il en soit, la proposition du maire d'Audierne(Monsieur Evenat) concernant la fusion des certaines communes, ne semble pas séduire car "le silence est d'or". Pourtant la fusion de plusieurs communes dans le Mené a fait l'objet d'une page entière dans le Télégramme (23-2-2015). Que faut-il en penser ?? Que peut-être certains préfèrent se cramponner aux limites de leur paroisse, autour de leur clocher, et attendre la suite. Ils risquent de voir le problème traité par des décisions autoritaires, car 36000 communes constituent une situation périmée. Pourquoi ne pas prendre des initiatives et traiter le problème en routine et dans la bonne humeur. A moins que certains, qui se prennent pour des "pros" de la politique, aient quelques craintes à propos de leur siège de premier magistrat qui pourrait leur échapper après la fusion des communes. A suivre donc !!

Les situations locales ne nous dispensent pas de penser à la situation plus générale qui a mis au premier plan la politique de défense. La presse locale lui a consacré plusieurs articles :

Fragile moment de grâce par Christine Clerc (19-1-2015) 

Patricia Adam. "Il faut reviser les moyens de la défense" (3-2-2015).

Nice. Trois militaires agressés devant un site juif (4-2-2015)

Service civique. Les jeunes en veulent (5-2-2015).

Intervenir en Lybie. Un terrain miné (22-2-2015)

§§§§§

Madame Christine Clerc se demande:

Comment renforcer nos services de renseignement défaillants ? Avec quels moyens nouveaux multiplier les missions de notre armée ?

Bonnes questions auxquelles chacun pourra apporter sa propre réponse en fonction de ses idées personnelles.

Madame Patricia Adam s'exprime à propos du service civique:

C'est une belle idée. La rendre obligatoire pour 800000 jeunes par an est un projet de société, tant  les conditions à remplir sont nombreuses: coût, infrastructures d'accueil, encadrement.......Mais n'oublions pas les futurs cadres  de notre pays qui, dans leurs grandes écoles sont complètement déconnectés des enjeux sécuritaires et de défense.

Madame Adam ne précise pas si elle inclue les grandes écoles militaires dans son point de vue, ce qui ne serait pas très flatteur pour Saint Cyr, Navale, ou l'Air, et même Gendarmerie sans oublier Polytechnique. Disons qu'il s'agit peut-être d'une regrettable omission car si on demandait aux anciens militaires ce qu'ils pensent du service civique, ils répondraient sans doute en posant une autre question :

Combien de ces 800000 jeunes apprendront au cours de leur service civique à se servir d'une arme individuelle (fusil, pistolet mitrailleur etc...) pour pouvoir un jour, si nécessaire, participer à une action de défense ou  plus  simplement d'autodéfense (gardiennage, sécurisation, points sensibles etc...), donc à la protection antiterroriste ??

A chacun sa réponse. Notons tout de même que ces jeunes employés au service civique ne feront plus partie des demandeurs d'emplois, ce qui fera diminuer les chiffres du chômage. CQFD !!

Le comportement des militaires agressés à Nice a été remarqué par l'opinion publique. Ils n'ont pas fait usage de leurs armes, alors qu'ils auraient pu  mettre en pratique le  simple principe de la légitime défense. Mais ces militaires sont des professionnels (comme les gendarmes) et s'ils ont appris à utiliser leurs armes, ils ont également appris la maîtrise du feu et la discipline qui l'accompagne autrement dit: ils ont appris à ne pas s'en servir, sauf à bon excient. Rien ne dit que des appelés  du contingent auraient fait preuve du même sang-froid. Bravo Messieurs les exécutants pour votre professionnalisme et Bravo à votre hiérarchie qui vous a instruit et assume la responsabilité de votre engagement. Prions le ciel pour que le projet de service civique ne soit pas transformé  en service militaire sous la pression des évènements, ce qui nous amène à parler de la Lybie, qualifiée de terrain miné:

"Une intervention fera de la Lybie une terre de jihad où afflueront les jihadistes des pays du Magreb, d'Afrique mais aussi de Syrie et d'Irak", bastions de l'EI

avertit Monsieur Mazen Chérif , expert des questions de terrorisme........

La solution est politique, pas militaire

affirme Luis Martinez du centre d'études et de recherches internationales .

§§§§§

Telle sera donc la conclusion de cet article. Comme on peut le constater, nous ne sommes pas encore au bout du tunnel et ce n'est sans doute pas le moment de baisser la garde. Bon courage à ceux qui sont au premier plan dans cette situation inédite qui n'a peut-être pas dit son dernier mot.

   


     

 

****** 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jeanjane - dans politique
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 21:08

Ma Doué

 

   

 

 

La vierge de Pont-Croix

Autrefois, à l'occasion des noces, on recherchait des gens rigolos pour amuser l'assistance. Dans le Cap, deux personnages étaient très connus pour leur mauvaise langue. Tonton Lom Dribiyoud (mange bouillie) et Tante Gaïd Logoden (souris). Hélas, ces personnages ont vieilli, tous deux pensionnaires au foyer logement de Pont-Croix. Mais quand les deux compères se rencontrent, je vous dis pas s'pas. On leur laisse la parole, sur le banc près de la fontaine de N.D. de Roscudon (on mettra une photo)

******

le 18 mars 2006-

Gaïd (voyant arriver Lom)

Te voilà toi!! Ousque t'étais encore ? A Audierne en stop sûrement

Lom

Voui ! J'étais allé voir pour signer la pétition du mur des lamentations

(Le mur des Lamentations ou de la contestation à Audierne)

Gaïd Des lamentations! de la honte oui!! Du ''dismégans'' avec eux. 1142 signatures sensément. Ma Doué! Plus tous ceux qui n'ont pas signé parce qu'ils ne savaient pas où c'était. Y aura des morts sûrement dans ce virage. C'est pas 62 logements qu'ils font dans l'usine ?

LOM. Voui ! T'aurais entendu ça là-bas. Et ça rigolait au comptoir. Y en un qui disait qu'on allait changer tous les noms dans le coin. Les Capucins deviendraient le temple de Salomon, et la Montagne le mont Sinaï. L'autre lui a répondu que Salomon il avait 700 épouses et 300 concubines et qu'on pourrait jamais loger tout ça dans l'ancienne usine . Spontus!! Même que la petite plage deviendrait la bande de Gaza. Ma Doué,Gwaïen en Jérusalem !!

Gaïd: bande de quoi tu dis ? Et qui c'est qui a signé le permis hein ??

Lom : C'est pas moi. Le chef sûrement !!

le 20mars 2003

Les 2 compères se retrouvent après le repas de midi.

Gaïd: Alors t'as bien mangé aujourd'hui ?

Lom: Voui. L'andouille à la purée c'était bon. Y en un qui disait ''purée de nous autres''!! Un pied-noir d'Oran je crois. Rapatrié quoi.

Gaïd: Eveljust, (bien-sûr) t'as encore bu le pinard de Jeanne-Yvonne comme d'habitude ?

Lom: Gast, on va pas laisser perdre quand même non !!

Gaïd: Hier tu parlais du chef qu'avait signé pour garder le mur des lamentations. Depuis quand qu'il est là le chef ?

Lom: T'avais qu'à lire le dernier bulletin municipal. Ils ont dit qu'ils étaient là depuis une décade

Gaïd: Quoi ? 10 jours seulement, et déjà tant de reuz avec eux

Lom: Non, 10 ans pas 10 jours

Gaïd: Gast, 10 ans. C'est une décennie alors et pas une décade. Moi j'ai mon CPE, certificat primaire d'études, première du canton et la bise par Madame Fri-Croc en plus. Je me demande si on devrait pas envoyer ça au ''Canard déchaîné''

Lom: Pas déchaîné, enchainé que c'est . Peut-être à cause de la grippe aviaire

Gaïd: Et pour le port de plaisance, tu as su quêque chose

Lom: Ben, avec la pétition, y avait un qui disait qu'on allait faire une aire de carénage à Pen-a-Macha'd

Gaid: A Plouhinec, jamais y voudront. Tu sais bien, la frontière !! C'est pas des ennemis mais ...

Lom: du Cap quand même s'pas. Là bas c'est pas un quartier-maire chef qui commande. Y font du boulot hein ! Et chez eux y a pas de jardin africain comme celui qu'on va faire à Audierne. En plus c'est assez propre. Je pense que monsieur Spartacus va aller voir !!

Allez Kénavo pour aujourd'hui. Bientôt 4 heures. Mern-Vihen au foyer logement. Tu viens ?

Fontaine de ND de Roscudon

Le 21 mars 2006-

Gaïd (devant la fontaine)

Je vous salue Marie pleine de ...

Lom

Regarde là! Encore avec son chapelet, en train de faire ses pédennous (prières) comme aux gouspirous (vêpres)

Gaïd

Parfaitement! je devrai pas parce que c'est pour toi que je fais

Lom

Pour moi ?

Gaïd

Parfaitement. Un bolchevik que tu es. Toujours en train de faire le beau avec Jeanne-Yvonne pour un coup de pinard. Ne vous dérangez pas Madame Jeanne-Yvonne, je vais couper vot 'viande et tout. Tu crois qu'on voit pas! Alors que c'est une ''pikès''. Elle dit tout au recteur, même que je suis sensément une gourmande.

Lom

C'est vrai quand même non ! Gourmande c'est sûr. mais c'est que véniel qu'on dit !!

Gaïd

Tant mieux . Tu es encore allé à Audierne pour lipper un coup de rouge sans doute.

Lom

Non surtout pour les nouvelles

Gaïd

Quoi de neuf alors ?

Lom

Tiens regarde

Oye! L'école de pêche. ma Doué. Soit disant qu'on devait faire une école pour l'environnement. pour les travaux pratiques, tranquille. Tout sur place. Et après ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma Doué. Tristes qu'elles sont les choses avec nous .

Oye, un Tag ?? Le Kurdistan à Audierne ménant. Ma Doué beniguet !!

Et ça , Qu'est-ce que c'est ?

Lom

La rue de Tonton René Autret, celui du bateau de sauvetage. soit disant que le chef ne connaît cette ruine

déchetterie annexe. Pas de ramassage

chats sauvages nourris et logés mâles et femelles

 

 

 

 

 

 

Gaïd

Malivurus (malheureusement en phonétique). Ici on fait tout pour la vitrine et rien pour ceux qui sont pas bien placés. C'est pas vrai ?

Lom si vat !!

Et encore

Lom

Voui ! Le mur des Lamentations, sur la route du mont Sinaï

 

Gaïd

C'est encore monsieur Spartacus qui a fait çà sûrement!!!!!

Le chef va sûrement piquer une rogne non ?? Et on n'a pas tout vu !

 

 

21 mars 2006

Réduction du temps de travail pour cause de 35 heures. Repos biologique et compensatoire. Repos pour tout le monde

22 mars 2006

Manifestation CPE. Tante Gaïd plutôt pour et un peu contre. En fait, elle ne sait pas. Tonton Lom contre. Gast. Et puis, on a fait Plogoff nous non ? En plus, voilà le parc marin ménant. personne comprend rien. Faudra demander aux chefs

23 mars 2006

Gaïd

Tu parles toujours des chefs. C'est quoi au juste ?

Lom

Je vais te dire. Y a plusieurs catégories: le chef, le vrai-chef,le chef-moyen, le chef supérieur qui a droit à un chef suppléant, et le sous-chef.

Gaïd

Ah, bon. Et ici alors ?

Lom

Tu comprends bien que tout çà c'est des affaires de petits chefs et pas de vrais chefs. Y sont pas là pour nous mais pour eux.

Gaïd

Ben çà c'est vrai. Ma Doué. Et pour le parc marin alors, c'est comment.

Lom

Soit disant qu'on l'avait enlevé, pour nous quoi ! Le chef supérieur avait dit que c'était fini. Interrogé les petits-chefs et tout avec lui. Depuis, le chef moyen a dit qu'il était pour. Le chef suppléant lui y pense pas. Il fait comme on lui dit. Dernièrement le chef supérieur a dit: ''ni pour ni contre''. Va comprendre quelque chose toi !!

Gaïd

Ma Doué, j'y comprends rien. Et nous alors ?

Lom

Droit de se taire. Y sont chefs non ? Y savent eux et nous on est des plouks pour eux. Juste bon pour pour les élections quoi !

Le soir dans la chambre de tante Gaïd: monologue

Il est bien ce Lom quand même. Un Bolchevick bien-sûr, mais instruit et tout; heureusement qu'il m'explique un peu. Autrement, je serais toute en distribilh, drochic un peu quoi ! Y faut que je demande conseil, aller mettre un cierge peut-être. Voui, mais où ? A Saint-Tugen peut-être! Non quand même pas. Tonton Lom est bolchevick mais il n'a pas la rage quand même. A Sanspé ?C'est pas loin bien-sûr, mais est-ce qu'elle est bien placée là-haut ? On sait pas s'pas ! ça y est, je sais où. A Langroas bien-sûr.

 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle de Notre Dame de Langroas se trouve à Cleden. Monsieur Daniel Bernard, érudit local né au village voisin de Brezoulous, a été statufié près de la chapelle

Monologue dans la chambre de Tonton Lom

Elle est bien cette Gaïd quand même !! Dommage qu'elle soit une calotine quand même !!

(Si seulement on nous coupait pas les images sur le blog de Spartacus ce serait bien.Mais y a du rab comme on disait au service avant !!! ça plaît pas sans doute!!)

25 mars 2006-

Les aventures de tonton Lom et tante Gaïd ont fait une pause pour cause de pétition au plan national. Cette pétition est faite pour pour obtenir la création du domaine breton sur internet. Principaux signataires: Gilles Servat, Melaine Favennec, Gweltaz Ar Fur, Roger Gicquel, Dan Ar Braz , les Bretons de Clamart et plus modestement votre serviteur. Et pourquoi pas vous ?

Site à consulter:

http://bzh.geobreizh.com/www/bzh

Plus de 9000 signataires à ce jour.

28 mars 2006

Tante Gaïd avait donc décidé d'aller à Langroas. Elle fit arrêter la voiture (un taxi) près de la statue de Daniel Bernard et se rendit dans la maison d'à côté pour demander la clé. Là se trouvait une vieille dame sans âge, encore plus âgée que Gaïd, qui lui demanda si elle connaissait la légende de la chapelle.

La légende de Katel Kerlaer

Un jour, Katel Kerlaër, mendiante de Plogoff, entre dans la chapelle pour faire ses dévotions. Elle s'agenouille devant un groupe de personnages, aperçoit un hibou posé sur la tête de l'un d'eux, le prend pour un saint, et lui débite la prière en ces termes:

Gant ho fri croc hag ho ivinou

Pardonnit d'eon va fec'hejou

(Traduction)

Avec votre nez crochu et vos griffes

pardonnez moi mes péchés

Cette Katel Kerlaër était réputée comme une ''jeteuse de sorts''(Drouk-Avis, mauvais oeil), dont les sortilèges avaient terrifié la population. Une nuit, pour s'en débarrasser, on mit le feu à sa masure, et la vieille sorcière fut brûlée vive.

Tante Gaïd ne croyait pas trop à ces racontars. elle était là pour des raisons personnelles qui ne regardaient qu'elle. Munie de la clé, elle entra donc dans la chapelle dédiée à Notre Dame de la Pitié, représentée par une statue du XVIème siècle, près du calvaire de Roland Dore, et commença à réciter une ''dizaine'' pour ne pas avoir l'air d'être venue par intérêt. Le grand silence fut bientôt troublé par une petite voix venue d'on ne sait d'où, qui lui dit:

- Bonjour Gaïd . Je suis contente que tu sois venue me voir. Mais peut-être que tu as quelque chose à me demander

- Ma très sainte et vierge très bonne , je suis venue pour Tonton Lom. C'est un brave homme vous savez. Je voudrais, enfin je ne sais pas comment dire ....

- Va ma fille, j'ai tout compris. Il n' y a pas d'âge pour aimer. Prie encore un peu, et retourne à Pont-Croix. Le taxi attend. Tu retourneras près de la fontaine de Roscudon comme d'habitude et on verra !

Sur le chemin du retour, le chauffeur se posait des questions. tante Gaïd avait des voix:

Intron Varia Langroas, Mam garet or Salver

Holl d'ho chapelig bep bloaz, ni a zired seder....

Traduction

Notre Dame de Langroas, mère aimée de notre sauveur

Tous dans votre chapelle chaque année, nous sommes sereins..

Elle n'allait tout de même pas se faire nonne, à son âge. Mais elle avait le droit de chanter non ?

Arrivée à Pont-Croix, le premier qu'elle voit c'est Tonton Lom:

- Ousque t'étais encore ?

- ça te regarde pas

- T'es une vraie penn kalet (tête dure) quand même ; ça me regarde pas! Me parler comme çà à moi ! comme à un genaoueg echu (imbécile fini). T'as pas honte non ? Faut pas croire que parce que tu es de Goulien tu as droit de prendre ceux de Meilars pour des Termaji (saltimbanque). Je suis de Kerbiguet moi, et pas de Kermaden. Avec leur réserve d'oiseaux qu'est-ce qu'ils se croient ceux-là. C'est eux les oiseaux, tous des gaoleg (crâneurs) là bas !!

29 mars 2006

La première à s'apercevoir qu'il y avait un peu d'eau dans le gaz entre Lom et Gaïd, fut Jeanne-Yvonne. Tonton Lom avait pris sa serviette et était allé manger tout seul, au fond de la salle sans dire un mot. Officiellement elle ne savait pas que Gaïd était allée à Langroas. Mais en soulevant le rideau de sa chambre elle avait vu le taxi, et après en posant les bonnes questions ici ou là, elle avait su. La situation était donc grave puisque à Cleden ça avait fait chou blanc. Il ne restait plus qu'à en parler à la directrice pour ne pas garder cela pour elle. On ne sait pas jamais s'pas !! Après réflexion, la directrice dit:

- il faut que j'aille à Cleden aujourd'hui, vu que je m'occupe de plusieurs maisons. Si vous voulez, je passe par Beuzec et je vous dépose au bourg. J'ai entendu dire qu'il y avait une fontaine là-bas. Je ne sais pas à quoi elle sert mais si on pouvait les emmener, soit-disant pour une excursion, on aurait encore une chance.

- Jeanne Yvonne répondit qu'elle était venue là autrefois avec sa grand-mère et que soit-disant les choses s'étaient arrangées avec cette fontaine.

Ce qu'il faut donc c'est préparer l'excursion.

Gaïd et Lom, chacun dans leur coin, ne se parlaient plus. C'est Jeanne-Yvonne qui remua tout le monde en disant:

- En route pour Beuzec . Excursion !!

Il n'était pas d'usage de faire bande à part au foyer-logement. Il fallait donc aller à Beuzec. Gaïd prit son parapluie car à Beuzec il pleut parfois, même pour la fête des Bruyères (gouel ar brug). Lom comme d'habitude, le chupen (veston) du dimanche pour les sorties.

La directrice connaissait bien la route. En passant devant Sanspé, elle fit le guide. Regardez la chapelle de Sanspé, Sainte Espérance. Il ya même un cantique :

Pedom oll gand fizians

Gwerhez an esperans

Traduction:

Prions tous avec confiance

La vierge de l'espérance

Jeanne-Yvonne se disait qu'il y avait donc de l'espoir pour que les choses s'arrangent avec un tel cantique. Mais la voiture ne s'était pas arrêtée et avait continué vers Beuzec, juste avant le cimetière. Là, la directrice donna ses ordres.

- au bout du petit chemin, vous verrez, il y a une fontaine. Allez la voir, et après rendez-vous à la mairie pour vous reposer un peu. Tout le monde est gentil là-bas. Je préviens le secrétaire en passant pour le cas où il y aurait des problèmes Je vous reprendrai en revenant de Cleden. A tout à l'heure .

Et voilà le trio, en route pour la fontaine dont personne ne savait le nom.

30 mars 2006

Arrivés devant cette superbe fontaine, tante Gaïd était prête pour son chapelet comme d'habitude, et Tonton Lom bougon comme d'habitude aussi, se demandant ce qu'il était venu faire là, et qu'il aurait pas trop bonne mine quand le syndicat saurait çà. Voilà tante Gaïd qui s'avance pour aller voir de plus près, et vlan....Une ''dirapadenn'' je te dis pas (dérapage, glissade), étalée tout son long dans l'herbe, parapluie parti, KO quoi !!

(Il faut savoir qu'il y a plusieurs manières de parler breton. Le breton comme on dit ''chimic'' réservé aux intellectuels, subjonctif et tout compris, le breton chic, un peu aristocrate et moins littéraire, et le breton du Cap, qui est un doux mélange de ce qui se disait sur les quais d'Audierne entre marins , et ce qui se disait à Pont-Croix, à l'occasion des foires. En breton chic on aurait dit rikladenn ou ruzadenn pour glissade, et non dirapadenn, langage démocratique du verbe ''diraper''.)

Le sang de tonton Lom ne fit qu'un tour:

- mais qu'est-ce que tu fais ? Tu vas attraper une fracture du col du fémur, avec pompiers pin-pon et tout. Malivuruz ! Qu'est-ce qui nous arrive.

Jeanne Yvonne avait pris son portable, téléphoné à la mairie, tombée sur Jean-Pierre le secrétaire qui dit ''J'arrive''

Tonton Lom, homme d'action, avait attrapé la main de Tante Gaïd pour la relever, et Gast, il s'était senti senti tout drôle. Une main comme je te dis pas. Lui il avait été tailleur de pierres, et elle plutôt avec les vaches, surtout à traire quoi. Des mains de Capistes travailleurs, de la base quoi, et ma Doué personne n'enlevait sa main. Voilà Jean-Pierre qui arrive avec sa voiture personnelle, Tante Gaïd toujours par terre, mis tout le monde dans la voiture, Jeanne-Yvonne devant, Tante Gaïd et Tonton Lom derrière, et en route pour la mairie. Dans le rétroviseur il avait vu que... Ma Doué, 2 mains l'une avec l'autre comme des enfants qui s'aiment.

Jean-Pierre voulait avertir le maire vu que c'était un évènement. L'autre secrétaire faisait le café pour réchauffer toutes ces vieilles personnes. Les 2 amoureux ne voulaient pas déranger. Tante Gaïd avait dit:

- Ce n'est rien! Y a pas de fémur cassé. Tout va bien

Tonton Lom pas content demandait qu'on aille à Douarnenez faire le scanner par précaution.

A la mairie ils étaient au courant qu'il n'y avait pas de scanner à Douarnenez. Jean-Pierre ne pouvait pas trop dire à cause du devoir de réserve d'un fonctionnaire assermenté. C'est le facteur venu remettre le courrier qui avait tout entendu:

- un scanner à Douarnenez ! Du baratin oui !! Ah, pour les élections on est les plus beaux. On nous donne tout vu qu'on est quand même autour de 16000 tous ensemble dans le Cap!! Et que je te donnerai le désenclavement du Cap, le scanner et tout quoi !! Même qu'on veut maintenant nous donner un parc marin qu'on demandait pas. Plus moyen de pêcher une godaille sans avoir un pied à coulisse dans la musette. Bientôt il faudra une autorisation administrative pour détenir une mitraillette à maquereaux, alors qu'elles sont en vente libre à la coopé d'Audierne. Pour des plouks qu'on nous prend alors qu'on est incontournables comme d'autres !!

Le facteur était parti en bougonnant, quand la directrice était arrivée, en provenance de Cléden. On lui avait tout raconté. Sans perdre son sang froid, elle avait dit

- En voiture tout le monde.

Dans le rétroviseur, pareil! Deux mains, l'une dans l'autre, sans dire un mot. Personne ne disait rien pour ne pas déranger. Même Jeanne -Yvonne qui n'avait pas de rétroviseur se disait qu'on était peut-être pas loin du compte. Et voilà la voiture en route vers les éoliennes de Goulien, tourne à gauche direction les Quatre-Vents, la Croix Rouge, traversé le bourg d'Esquibien sans s'arrêter parce que... (toutes ces épaves de voitures pas oubliées s'pas), Lervily, sans hésiter Sainte-Evette, remonté la petite rue vers Lezongar où on devait paraît-il construire encore des blocs, alors qu'il y avait déjà des blockhauss de la guerre, garé la voiture et voilà !!

A nouveau devant une fontaine, celle de Sainte Evette, la Sainte aux trois couronnes. La directrice qui savait beaucoup de choses, prit la parole et dit

- Vous vous rendez compte. On nous a encore volé la statue de la sainte. C'est la 2ème fois. Une fois on l'a retrouvée mais cette fois-ci . ''Bléo'' !! (cheveu; on aurait pu dire ''netra'' c'est à dire rien. voilà qu'elle se mettait à parler breton celle-là maintenant ; nous en reparlerons)

Tonton Lom qui n'avait pas envie de se retrouver avec un nouvelle affaire de fémur sur le dos, vu qu'on avait vu qu'il n'y avait pas de scanner à Douarnenez, tenait sec la main de tante Gaïd à cause des cailloux comme on voit sur la photo.

Mais c'était l'heure de la soupe. Retour par Audierne, un coup d'oeil sur la digue (avant et après les réparations) et voilà encore! L'école de pêche, et juste après le ''mur du son'' ou des Lamentations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mur (pour lequel rien n'avait été prévu

parce qu'il est plus simple de prévoir après)

à moins qu'il ne s'agisse du mur de Berlin, soit-disant détruit ( en langage des quais on pourrait dire détruit sensément s'pas ! )

Triste quand même les choses avec nous s'pas !!

Après avoir traversé Audierne (Jeanne-Yvonne était encore allée pour expliquer la décade et la décennie version audiernaise, même que la directrice avait dû dire : taisez-vous, vous êtes un peu mauvaise langue Madame Jeanne-Yvonne. Puisque tout le monde le sait ce n'est plus la peine d'en parler !! Pas contente Jeanne-Yvonne parce que soi-disant, ce n'était pas une faute de frappe d'après elle. )

 

Direction Pont-Croix et un coup d'oeil sur la rivière au pont Physique

 

 

 

 

 

 

 

et les voilà à Pont-Croix, juste à temps pour la soupe. On avait pas eu le temps d'expliquer d'où venait le nom de pont Physique. On verra çà demain car le repas n'attend pas .

 

31 mars 2006

Bon, revenons au pont Physique. On pourrait croire que ce nom viendrait des ballets de korrigans qui, par exemple, auraient pu se dérouler sous ce pont, à la pleine lune, puisque la magie se dit: '' taol fisik'' en breton. Mais le Cap est le Cap et pas la forêt de Brocéliande. La réalité est plus terre à terre.

Il y avait autrefois, à Pont-Croix, un séminaire en activité. Monsieur l'abbé Roland Guizouarn, originaire de Plonevez-Porzay, enseignait la physique et la chimie dans cet établissement. Les séminaristes l'avaient baptisé ''Père Physique''. Lors de la promenade dominicale, il aimait accompagner les élèves vers son coin préféré, un pont sur le Goyen, près de Suguensou. Voilà comment et pourquoi le pont est devenu pont Physique et passé à la postérité sous cette appellation. Le pauvre père ''Physique'' est mort en 1846, à Porspiron (Beuzec) , au cours d'une partie de pêche. Et tout cela a été raconté dans une ''gwerz'' mais on n'a pas le temps d'en parler, il faudrait une décade s'a pas .Encore !! Décidément !! On l'oubliera pas celle-là. Elle aurait pu être prononcée devant tous nos représentants à Paris, et alors, je te dis pas:

''pour avoir l'air.., on aurait eu l'air.....

Revenons à la sortie d'hier. Après le petit déjeuner, réunion de états généraux dans la grande salle du foyer logement. On allait devoir prendre des mesures.

C'est Jeanne-Yvonne qui fit une réclamation sur Beuzec. Ecoutez là

- Voilà. On a fait le tour chez vous. Le café à la mairie, bien. Mais c'est la fontaine qu'on n'a pas pu trouver tout de suite. Y a pas moyen de mettre une petite plaque à l'entrée du chemin, des explications un peu et tout quoi. Quand même , il faut pas une décennie pour faire çà. Et Vlan, elle avait réussi à placer son truc. Pour le reste on avait trouvé propre, pas de casse de voitures dans la plus grande commune du canton (3453 hectares), comme à Audierne (294 hectares). La commune de Beuzec, 12 fois plus grande que celle d'Audierne, arrivait à être 12 fois plus propre que l'autre, malgré les fermes et tout

Et pour les paysages, je te dis pas !!

 

Allez, cherchez un peu. Entre les pointes du château et celle de Luguenez pour la première. Du côté de Porspiron la 2ème. Le premier qui trouve le met dans les commentaires, en bas. Il y en a déjà.

Et n'oubliez pas de comparer avec les paysages d'Esquibien et d'Audierne même si on les a déjà vus

Le 2 avril 2006

Hier , on avait été obligé de faire la pause à cause du poisson d'avril, vu qu'il y avait eu des blagues au foyer-logement. Il avait donc fallu fermer les états généraux et il y en un qui avait dit qu'il n'y avait qu'à continuer sur le forum du Cap-Sizun. Tonton Lom qui n'était pas encore remis de son affaire de col de fémur avait vu rouge:

-Du faux rhum. Qu'est que c'est encore? De la contrebande? On ne trouve plus de ''Négrita'' ? Assez comme çà non !!

Il avait fallu lui expliquer que c'était un forum, avec des photos et des interventions parfois en breton. cela l'avait calmé, mais il n'était pas à prendre avec des pincettes. Gast !! Un fémur qu'on aurait pu perdre à Beuzec ! Aurait plus manqué que çà ! Et tante Gaïd à l'hôpital sans scanner. Il fallait réfléchir, en parler au syndicat, et surtout aller respirer l'air de Pont-Croix pour se changer les idées. Et pas question d'aller vers la fontaine pour ne pas rencontrer qui vous savez ...

Il se dirigea donc vers le Goyen et ma Doué, comme c'était beau !!

 

Le moulin-mer, le Goyen et les ''dour-maro'' (eau morte) plus haut

avant d'aller sur un banc, en face, près du lavoir

Puis il remonta dans le petit bois

regarda le ruisseau qui alimentait le lavoir

et revint encore sur le banc

Sa décision était prise: d'abord, il n'irait pas au syndicat, cela ne les regardait pas. Ensuite, il demanderait son changement pour la maison de retraite de Cleden si nécessaire. Pas à Audierne à cause des casses de voitures qu'il ne voulait pas voir. De toutes façons les choses ne pouvaient pas rester en l'état au foyer-logement, même dans une petite cité de caractère comme Pont-Croix. On allait voir de quoi un Tonton Lom était capable.

Il savait où trouver celle qu'il cherchait, et se dirigea sans hésiter vers la fontaine. Elle y était bien comme d'habitude et sans doute déjà rendue à 2 tours complets plus 2 ou 3 dizaines. Voyant arriver Lom, vite elle dissimula son chapelet pour ne pas l'indisposer d'emblée. Ecoutez ensuite:

elle: alors çà va. Tu as bien promené

lui: voui. On peut pas dire

- alors çà va

- çà va Silence

- çà va bien quoi

- oui çà va.. Mais tu m'écoutes pas. Gast alors, t'écoutes pas

- Si mais tu dis rien

- Moi, je dis rien. çà alors. C'est que j'aimerais bien faire la noce avec toi là voilà

- quoi ? La noce avec moi , Une demande en mariage que tu me fais

- Là ! C'est fait

Et Tante Gaïd se mit à pleurer. Tonton Lom tout retourné croyait avoir mal dit les choses . Il voulait une explication, tout en essuyant les larmes avec son grand mouchoir à carreaux, disons le, plus ou moins douteux.

- Alors ,

- J'aurais bien voulu dit tante Gaïd, mais je ne peux pas

- Tu peux pas, pourquoi?

- Voilà, tu ne sais pas tout. J'ai Guiguitte

- Qui c'est çà encore

- ma fille !!

- quoi ? Mais tu as dit que tu n'étais pas mariée

- Justement

- Donc si tu disais oui, j'aurais une fille moi aussi alors que je suis vieux garçon

- Sûrement ! En fin, si elle voulait bien et toi aussi

- Gast, moi je veux. mais où elle est ?

- à Paris. Elle vient pour les vacances. Même qu'elle avait acheté des crêpes dentelles pour tout le foyer-logement l'été dernier

- mais tu disais que c'était ta nièce

- Oui, à cause de Jeanne-Yvonne et sa langue. J'aurais eu honte

- Honte de ma fille à moi !! On va voir !! Gast, honte de ma fille non mais..çà alors.

le 3 avril 2006

Nous avions laissé Tonton Lom hier, un peu assommé par ce qu'il venait d'apprendre. Les 2 petits vieux remontaient tranquillement vers le foyer-logement, en se tenant par la main, la main dure et calleuse du tailleur de pierres dans la main rugueuse et ridée de la femme de la terre. Deux mains qui se comprenaient sans parler. Ce fut tante Gaïd qui rompit le silence:

- Je ne t'ai pas tout dit

- Quoi encore

- Il y a les petits-enfants aussi

- Des petits-enfants

- Oui. Deux: Tugdual et Brigitte-Edwette

Tonton Lom reprit son souffle, regarda Gaïd droit dans les yeux et dit

- Moi non plus, j'ai pas tout dit

Tante Gaïd s'attendait à une catastrophe qui, peut-être mettrait tout par terre

- Je suis un enfant de l'assistance comme on dit. Là, personne ne le sait sauf toi. J'ai été élevé à Kerbiguet par des braves gens, puis la marine pendant la guerre, torpillé à Mers-el-Kébir, et tailleur de pierres ensuite jusqu'à la retraite. Pas de parents; j'ai vendu ma petite maison pour payer le foyer-logement et voilà

- Torpillé, et tu es là !

- Oui. Un coup de chance. J'avais appris à nager à Porspiron, sur la petite plage qu'on a montré plus haut, et j'ai pu rejoindre la côte

- Tout seul ?

- Non !!

Il n'avait pas l'air de vouloir en dire davantage. Tante Gaïd respecta le silence et reprit la parole:

- Moi j'ai encore ma petite maison à Goulien, pas loin de Kerguerriec, tout près de chez Noella.

- Qui c'est Noella ?

- Une grande dame de Paris. Première danseuse à l'opéra, même danseuse étoile je crois, Noella Pontois qu'elle s'appelle

- Et elle a une maison là

- Oui, pour se reposer parce qu'elle trouve que c'est beau. Je crois bien que j'ai des photos mais il faut que je les cherche. Je vais quand même te montrer où on allait laver le linge, à Bremeur et même des fois à Plogoff.

 

ici c'est la vue vers la mer, et après le lavoir

 

 

Celui-là c'est Plogoff, à Kerhuon. Même que des fois il fallait aller jusqu'au bourg de Goulien et plus loin à Saint Goulien

- Oui, les temps étaients durs. Mais cette maison, on pourrait pas l'arranger un peu pour Guiguitte et les petits enfants ?

- C'est fait. Guiguitte a pris l'architecte, et tu verras maintenant. On ira, quand il fera beau et que les enfants seront là.

- Gast, oui alors. On ira !! Et s'il y a des pierres tu verras que je sais encore faire. Mais comment on va dire tout çà au foyer logement

- Pas la peine de combiner quoi que ce soit. Jeanne-Yvonne a dû tout raconter déjà. En arrivant on saura. Il n'y aura qu'à regarder

4 avril 2006

Tante Gaïd ne s'était pas trompée. Tout le monde attendait leur retour, et les yeux des anciens étaient pleins de points d'interrogation.Un grand silence s'était abattu sur le foyer-logement. Habituellement, la télévision apportait un bruit de fond, aujourd'hui elle ne fonctionnait pas; la directrice fut obligée de prendre les choses en main;

- Bien. Je crois qu'il y a du neuf n'est-ce pas ? (Jeanne-Yvonne n'en perdait pas une ).

- Tonton Lom répondit qu'effectivement il y avait du nouveau puisqu'il avait décidé de se marier avec Tante Gaïd, qu'elle était d'accord, et qu'il fallait prévenir les enfants, publier les bans, prendre contact avec la mairie et la paroisse, enfin tout quoi !!

Ma Doué, t'aurais entendu çà au foyer-logement. plus personne ne pensait à la soupe et chacun donnait son point de vue en français, en breton dans un brouhaha indescriptible. Jeanne-Yvonne parlait plus fort que les autres:

- Je vous avais bien dit qu'il y avait quelque chose. Même que j'en avais parlé au recteur pour lui demander conseil. Vous savez ce qu'il m'a répondu

que les voies du seigneur étaient impénétrables et qu'il arriverait ce qui devait arriver.

Moi, j'avais prévenu hein. Le reste, tant pis !!

La directrice reprit la parole:

- Tante Gaïd, votre fille Guiguitte est au courant ?

Oh, Ma Doué, le pot aux roses ! Tout le monde savait désormais que la nièce était la fille et que...enfin, vous voyez quoi !!

Bon, je lui adresse un mail pour l'informer et lui demander son avis.

Tonton Lom demanda pourquoi on ne téléphonait pas, et que çà irait plus vite.

Tante Gaïd fut obligée d'expliquer que Guiguitte n'était pas en France vu son métier, qu'elle était en Afrique, médecin sans frontières, toujours à soigner les gens, surtout les pauvres, vu qu'elle n'oubliait pas qu'elle était née pauvre. Tonton Lom, complètement abasourdi, demanda comment on avait fait pour payer les études, vu que çà coûtait cher et tout. Tante Gaïd répondit qu'elle avait fait beaucoup de lessives après le travail de la ferme de ses patrons, et même des ménages chez les touristes et que Guiguitte avait obtenu une bourse, qu'elle avait travaillé dans les restaurants pendant les vacances, et que peut-être le Bon Dieu ...

La secrétaire vint parler à l'oreille de la directrice qui se leva pour vérifier. C'était la réponse de Guiguitte. Juste un mot:

J'arrive !

6 avril 2006

Donc on attendait Guiguitte. Après le petit déjeuner, les conversations allaient bon train au foyer logement. Voilà le téléphone à nouveau. La secrétaire appela la directrice pour lui dire: On vous appelle d'Abidjan. Air France. L'avion en provenance de Cotonou au Bénin est en escale technique. 24 heures de retard.

La poisse quoi ! Tante Gaïd sortit son mouchoir, et ...Tonton Lom fut obligé de prendre les choses en main pour éviter le coup de cafard:

- Appelez moi un taxi, le même que celui qui est allé à Langroas l'autre jour. On va faire un tour.

Finalement, les formalités pouvaient attendre. Il voulait montrer à Tante Gaïd ce qu'il croyait savoir de ses origines, et en route.

Sorti de Pont-Croix par Kéridreuff, direction Plozévet, un petit bout de route, tourne à gauche, et voilà !

.

 

Ils étaient arrivés devant l'étang de Poulguidou à Plouhinec, et en montrant la petite maison de la photo d'en haut, ou plutôt ce qu'il en restait, Tonton Lom dit:

- Voilà; J'ai appris que j'étais d'ici, qu'il y avait eu du malheur dans ma famille et ensuite ..et bien tu sais n'est-ce pas ?

On allait encore avoir droit au mouchoir de Tante Gaïd et Tonton Lom dut faire preuve d'autorité:

- allez, on continue

Ils avaient repris la route pour aller vers Pors-Poulhan, et là, pas moyen de faire une photo, çà ne marchait plus. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois. Retour vers Audierne pour acheter des piles neuves, et Tonton Lom avait son idée. Il voulut monter vers l'église par la rue double, fit arrêter le taxi un peu avant, et montra à Tante Gaïd:

une porte de toute beauté, au bas de la venelle de l'école sainte Anne avant son déménagement;

- pas possible d'avoir des choses aussi belles à Audierne, et des casses de voitures en même temps grommela Tonton Lom. Tu te rends compte, une photo de la rue du Tonton Autret ici. De quoi on aurait l'air ! Allez, on continue.

Devant l'église neuve (Saint Joseph), le taxi remonta la petite route qui va vers le Castel, et s'arrêta à la porte du cimetière.

- je vais te montrer quelque chose dit Tonton Lom;

Il avait l'air de connaître les lieux, et s'arrêta devant une tombe

 

Tu vois: en haut, c'est la tombe du premier maire d'Audierne, Monsieur Dumanoir et à côté la tombe de Guezno. Tout cela est abandonné. Même pas un bouquet de fleurs à la Toussaint. On nous a raconté l'histoire au syndicat. Monsieur Dumanoir avait été élu au Capucins, dans le réfectoire lors du premier conseil municipal à la révolution, et Guezno (Mathieu), député à la Convention, avait voté la mort de Louis XVI. C'est pour cela qu'il avait été obligé de s'exiler, quand les autres avaient repris le pouvoir. Un coup de peinture sur l'entourage, une petite pancarte pour expliquer un peu çà aux gens, surtout aux touristes. Non, non ! Plus de sous encore, et surtout pas d'idée car un pot de peinture, tu parles !! Sur la tombe il y a une inscription, mais plus personne ne peut la lire; Pas d'idée là encore ! Même que Guezno avait été appelé le Jacobin sans taches, en raison du bien qu'il avait fait à tout le monde. Tu ne crois pas que l'on pourrait refaire cette inscription.

Et Tonton Lom eut cette phrase terrible:

L'oubli des vivants fait mourir les morts

Oubliant qu'il était dans un cimetière il ajouta:

- Tous ces gens qui écrivent n'importe quoi, que soit-disant Guezno avait acheté des chapelles à la révolution. Il faudrait préciser que ce n'était pas Mathieu le conventionnel, mais son frère Joseph qui était notaire. C'est comme à Esquibien! ils ont écrit qu'on avait arrêté les travaux sur la digue de Sainte Evette au début de la guerre, alors qu'il y a eu un mort sur le chantier, par accident du travail en juillet 1941. A se demander quand la guerre avait commencé pour eux. Il vaut mieux se taire quand on ne sait pas. Au syndicat on nous donne des cours tu comprends! Allez, en route.

Pas question de passer devant les casses de voitures. Retour par la rue double et pause au pont Physique que l'on connaît. Pourquoi ? Il faut toujours expliquer les choses; Vous n'avez jamais eu envie vous ?

Près du pont, il y avait une voiture de l'équipement. Les gars étaient venus pour des travaux dans le bois de Lécluse. Avec leur véhicule tous terrains, ils avaient proposé de montrer le bois aux deux anciens qui avaient accepté.

Le lavoir avait encore fait pleurer Tante Gaïd. Toutes les lessives qu'elle avait pu faire pour payer les études de Guiguitte

 

 

 

 

 

Le petit pavillon de chasse, et la vue sur le Goyen de là haut. Ma Doué, que c'était beau; et la casse de voitures d'Esquibien pas loin, puisqu'en remontant le ruisseau on arrivait à sainte Brigitte

 

 

 

 

 

Mais il était temps de revenir à Pont-Croix, des fois qu'il y aurait du neuf de Guiguitte !!

A suivre: Ma Doué 2

 

 

Ma Doué

 

Repost 0
Published by jeanjane
commenter cet article